Mon Hommage à Fringe

Fringe-final-season-5-poster-Fight-for-the-futureHier nuit, je n’ai pu m’empêcher de suivre avec une certaine émotion la diffusion des deux derniers épisodes de la cinquième et dernière saison de la série FRINGE sur TF1. Pour ne rien vous cacher, j’avais déjà vu la saison en intégralité il y a déjà 4 mois en VOSTFR  (avec les sous-titres en Français pour ceux qui ne parlent pas le « série »). Mais Fringe c’est tellement bon que revoir les deux derniers épisodes dans la langue que je parle, ce n’est que du bonus. Mon histoire avec Fringe et ses personnages commence à l’été 2011. Bien entendu, il n’y a pas d’été au Togo, c’était juste un raccourci pour dire Juillet-Août. Avouez que « été », c’est plus court et plus romantique! A l’époque j’étais englué dans un boulot ennuyeux à souhait où j’avais le temps de regarder plusieurs épisodes de suite sans aucune interruption. Eh oui, y’en a qui ont de la chance! J’ai reçu en copie cette série au nom étrange. D’ailleurs jusqu’au moment où j’ai commencé à rédiger cet article je l’ignorais toujours. A quoi  savoir ce que ça signifiait? L’essentiel n’était pas de consommer, se goinfrer, s’empiffrer de cette série qu’on m’avait décrite comme exceptionnelle en me la copiant? Copie illégale? Je plaide coupable. Bon passons. J’ai aimé Fringe dès les premières secondes, comme on aime une femme au premier regard. J’exagère à peine. L’action démarrait automatiquement et le premier froncement de sourcils n’a pas tardé à se manifester. En effet, cette série c’est beaucoup une histoire de froncements de sourcils, tellement les faits extraordinaires, je dirais même extra-ordinaires!, s’enchaînent! En résumé, Fringe aborde diverses énigmes scientifiques en liaison avec  l’espace-temps. Dit comme ça, ça paraît rasoir mais la série est portée par des personnages, des sentiments, des énigmes qui font que même si vous n’êtes pas  fan de science-fiction vous accrochez tout de même assez vite! Voyons voir, qui il y avait au casting:

* Anna TORV (Olivia Dunham)

Olivia Dunham dans la série Fringe
Olivia Dunham dans la série Fringe

Autant vous dire tout de suite que je suis tombé sous le charme de l’actrice principale. Grande, blonde, avec ce style de beauté assez particulier sur lequel je n’ai jamais su poser des mots, elle porte littéralement la série et ses intrigues sur ses épaules. Elle intègre la cellule Fringe au tout début de la saison 1 et en dévient assez rapidement un élément central. Ce que j’ai aimé avec ce personnage c’est qu’il avait une vraie histoire (qui était révélée au fur et à mesure de l’avancement de l’intrigue). Olivia est droite (tout le temps, ce qui parfois pouvait être agaçant), obstinée et courageuse (mon Dieu, quel courage!) Malgré la tournure parfois dramatique que prennent les événements, elle conserve son humanité et sa capacité à être touchée par les histoires des personnages qu’elle rencontre. Son histoire d’amour avec Peter Bishop a donné assurément une nouvelle dynamique à la série sur les saisons 2 et 3.

* Joshua JACKSON (Peter Bishop)

Peter Bishop dans la série Fringe
Peter Bishop dans la série Fringe

Peter Bishop est une des clés pour comprendre Fringe. Il apparaît dès les premiers épisodes de la série et incarne l’archétype du jeune premier surdoué, flambleur qui  ne sait pas quoi de tous ses points de QI ou s’en sert de façon assez minable pour escroquer sur des théâtres dangereux, notamment en Irak. C’est là qu’Olivia va le chercher pour le convaincre de faire libérer Walter Bishop avec qui il n’avait plus de contact depuis son internement à l’hôpital psychiatrique de Sainte Claire. D’abord contraint de collaborer avec le FBI, et donc la jolie Olivia sur des enquêtes où il apporte son éclairage scientifique, il devient un membre à part entière de la section. Peter est un personnage complexe avec un côté sombre qui se révèle dans toute sa splendeur notamment dans les épisodes de la saison 5. Le passage qui me restera de lui c’est celui où Olivia comprend qu’il n’est pas de « notre » monde (long story!) et qu’il découvre enfin sa véritable histoire.

* John NOBLE (Walter Bishop)

Walter Bishop dans la série Fringe

Walter est la caution scientifique de la série. C’est un doux dingue capable autant d’accès de démence que d’une lucidité extraordinaire. Personnage attachant, amusant et tout aussi émouvant, il est l’incarnation des défis éthiques auxquels fait face la science moderne. Walter n’a pas de limites, les seules qu’il connaît sont celles qui sont liées aux connaissances dont il dispose à un instant T. Ce qu’il y a d’impressionnant avec ce personnage c’est la transversalité de sa science, une sorte de savant universel qui s’y connaît aussi bien en physique quantique qu’en biologie cellulaire. C’est un personnage qui devient véritablement touchant lorsqu’il évoque l’amour qu’il a pour son fils. Il est dans ces moments à la fois pudique, tout en retenue et même temps très expressif. John Noble est un acteur remarquable et cela se voit à la façon dont il saute du mal assuré Walter Bishop au très autoritaire Walternate (Walter Ego dans la version française). Aussi incroyable que cela paraisse, c’est lui le scientifique du casting qui a été bien souvent le détonateur des plus grandes séquences d’émotion de la série mais aussi des fous rires les plus mémorables. Il me revient en mémoire les scènes où il traînait en slip dans leur appartement à lui et Peter où ses balbutiements lors qu’il était sous l’emprise du LSD, sa drogue préférée.

* Jasika Nicole (Astrid Farnsworth)

Astrid Farnsworth dans la série Fringe

Avec cette jolie petite métisse frisée (eh oui, tout ça pour elle seule) on rentre dans la catégorie des personnages secondaires mais non moins importants pour le scénario de la série. Astrid apparaît dans la saison 1 après la sortie d’internement de Walter Bishop. Elle est agent du FBI et jouera auprès de Walter le rôle d’assistante de laboratoire. Astrid est un personnage à la fois doux et efficace. Elle est l’intendante de la cellule Fringe jouant tour à tour le rôle d’assistante, de concierge, de nounou pour Walter, de négociatrice lors des conflits entre les personnages principaux et de confidente. La saison 3 avec son personnage du monde parallèle permettra de voir un autre aspect de son jeu d’actrice. Elle y incarne une sorte de spécialiste en statistiques, très sérieuse et très efficace. Mon seul regret c’est qu’aucune histoire marquante n’ait été développé autour de son personnage sous-exploité à mon avis.

* Lance REDDICK (Philip Broyles)

Philip Broyles dans la série Fringe

Le Colonel Broyles a traversé les cinq saison de Fringe avec son flegme et sa rigidité. Directeur de la cellule Fringe dès sa mise en place, c’est lui qui recrutera notamment Olivia et Peter. Il est assez austère et à cheval sur les procédures. Mais sous ses dehors assez sec, c’est un vrai papa poule pour les hommes et femmes de sa section et les protègera jusqu’au dernier épisode de la dernière saison. Il aura été très actif lors des trois premières saisons où il était parfois intriguant dans sa façon secrète d’agir notamment avec Nina Sharp. Juste un clin d’oeil: son maquillage de vieillissement de la saison 5 n’est pas tip top, ça se sentait que ce n’était pas naturel. Ceux qui ont regardé Fringe en version originale ne manqueront pas de relever sa diction assez spéciale: on dirait qu’il mâche littéralement les mots.

* Blair BROWN (Nina Sharp)

Nina Sharp dans la série Fringe

L’assistance du Pr William BELL, devenue après sa disparition la directrice de Massive Dynamic, leader mondial des technologies de pointe était un personnage qui dans les premières saisons m’était fortement antipathique. Elle avait cette propension à ne donner les informations qu’à moitié, voulant toujours jouer avec un coup d’avance. Souvent accusée de sournoiserie, Nina Sharp a acquis une nouvelle dimension quand on a su qu’elle avait élevé Olivia et sa sœur lorsque leurs parents se sont séparés. Devenue par la suite une alliée de poids pour la section Fringe, elle a souvent aidé Olivia, Walter et Le Colonel Broyles en leur fournissant de la technologie ou des informations capitales à l’avancée de leurs enquêtes. Dans une série où les personnages principaux ont souvent perdu le contact avec leurs souvenirs, Nina a bien souvent été la mémoire vivante, rappelant souvent à Walter la teneur des expériences qu’il a conduites avec William Bell ou ses excès mégalomaniaques du passé. Elle est le seul personnage de poids qui n’est pas arrivée indemne au dernier épisode de la série: elle s’est donnée la mort lors de la saison 5 pour protéger les « rebelles ».

Voilà un petit tour des personnages principaux de la série FRINGE. A ces derniers j’ajouterais un dernier un peu moins classique c’est le TEMPS. Le temps est un personnage invisible de FRINGE. Les sauts dans le temps et dans l’espace sont fréquents: tantôt on remonte le temps pour aller modifier le cours des événements, tantôt on va dans le futur voir les conséquences des actes présents.   FRINGE a largement joué avec cette composante qui a beaucoup participé à son succès auprès des amateurs de science-fiction.

Je dis souvent que FRINGE est la meilleure série de tous les temps (oui j’exagère encore mais bon…). Ce qui m’aura marqué c’est la faculté des scénaristes ont eu de tisser leur toile, lier les événements jusqu’à cette sublime saison 5 où le dénouement, Walter traversant le temps vers le futur pour réparer une erreur que d’autres scientifiques ont commise, une sorte de rédemption pour l’ensemble des erreurs que lui même a commises, nous attendait comme une délivrance.

Cette saison 5 s’achève en apothéose avec des clins d’œil réguliers à toute l’histoire de la série notamment les tous derniers épisodes où on voit par exemple les portes de la poche temporelle marquée par les étranges images qu’on voit sur fond noir brièvement lors des plans de coupe; ou encore les virus et autres bestioles immondes sur lesquelles la section Fringe a eu à enquêter; l’enfant observateur (Michael) qu’Olivia avait rencontré au tout début de la série et qui était la clé de toute l’histoire.

FRINGE aura enfin marqué par les sentiments dont elle traite. Les relations compliquées entre un père et un fils sont au centre de l’intrigue. Pour moi qui ai grandi sans mon père, c’était forcément touchant. Le deuil, l’absence, le pardon, la rédemption, la destinée sont autant de thème qui sont abordés et font de cette série bien plus qu’une simple série de science-fiction, une série visionnaire dans tous les sens du terme.

(En Bonus la scène finale de FRINGE)

J’aurai aimé FRINGE elle me l’aura bien rendu.

Publicités
Mon Hommage à Fringe